Accueil | Sa vie | Son oeuvre | Interview | Galerie | Expos | Contact
 
Galerie:

Du Tango à l'Inconscient

IMPORTANT : Ne pas utiliser l’icône “contact “ car il ne fonctionne plus
Nous contacter par mail nadjblanco@gmail.com
Tél 06 03 37 03 01 ou 06 23 81 24 08

b]Festival international d'Ascona

... les esprits chagrins ou mal informés qui venaient assister à un spectacle de guignol et s'attendaient à voir des poupées acrobatiques ou du folklore argentin ont pu s'esquiver à la dérobée.
"... cela n'avait rien à voir avec Tango".

Et bien, je me permets de ne pas être d'accord. Nelson Blanco, peintre argentin, présentait un spectacle à la frontière des arts visuels et de la technique de la marionnette.
nelson blanco


Moi, j'ai aimé l'histoire de Malcon, ce petit homme qui se réfugie dans un tube pour fuir l'ennui au quotidien.
Bien sûr, le voyage intérieur du protagoniste, se prête bien peu à des actions rutilantes où l'on peut exhiber une technique extraordinaire qui sait faire mouvoir bras, jambes, têtes, sans trêve.
Ici, les premières minutes sont plongées dans une obscurité totale, avec une chanson argentine des plus émouvantes "Buenos Aires querida..." qui prélude à l'apparition de Malcon peint sur un tableau.

Une voix de femme commence à raconter son histoire, lentement, en laissant le temps de se pénétrer des mots. Peu à peu s'ajoutent des personnages insolites, étranges, une jambe renversée près de la tête, ou bien sans tête, tout en sein et en pubis.
Le voyage de Malcon -qui audépart, est peint de façon traditionnelle sur un tableau- se passe à l'envers, à la recherche de son origine, de l'origine du monde. Et la peinture, au fur et à mesure devient de plus en plus abstraite, brisée, symbolique, jusqu'à arriver à une forme essentielle du totem qui correspond à la musique ancestrale des indiens qui, sous la forme de marionnettes à gaine traditionnelles dansent à la fenêtre qui s'ouvre à l'arrière fond.

A certains moments, le personnage Malcon atteint à l'intensité poétique de "L'Albatros"de Baudelaire, à la profondeur de "L'Homme sans qualité" de Musil ou d'un héros de Kafka.

Le spectacle n'at-il rien à voir avec le Tango argentin?
Justement, il est argentissimo, qui plus est, grâce à l'utilisation de la musique de Piazzola qui a su donner au Tango un souffle universel, tout en partant de la musique populaire des faubourgs de Buenos Aires.
voir aussi Festival mondial des Marionnettes