Accueil | Sa vie | Son oeuvre | Interview | Galerie | Expos | Contact
 
Galerie:

Le monde Mythique de Nelson Blanco

Il est l’homme de la nature qui crée son espace vital et le marque de son empreinte, un anachronisme dans la société de standardisation où l’individu doit adapter son rythme à la machine.
Il fait la peinture qui le fait à son tour, le protège et le fortifie spirituellement : les murs de son atelier, de sa maison, de son jardin intérieur sont couverts de signes d’une écriture inconnue, tels des messages d’un monde préhistorique ou à venir, où se confondent les mondes végétal, animal et minéral.
Nelson Blanco est un initié, sa personnalité est un défi au monde actuel.

Peintre, il se veut un être ordinaire, normal, sans entraves entre la nature et lui, "l’étincelle" de l’homme universel, en relation avec les forces constantes et éternelles du cosmos.
En produisant un "fait" purement plastique, il accède à l’essence profonde des choses et déclenche, mystérieusement l’apparition d’images sacrées, comme si le miroir était brisé.
Le spectateur ne rentre pas dans le tableau, "c’est la peinture qui vient en lui", définition par excellence de la peinture qui hypnotise pour porter l’homme à un degré supérieur dans la spiritualité, tels les icônes.
nelson blanco


Certains peintres appartiennent à une époque, ils sont le fait d’une continuation, d’une évolution. C’est le cas de Cézanne, des cubistes, ils interviennent dans un ordre logique : une œuvre découle de l’autre.
Blanco ne se situe pas dans l’histoire qui pourrait être qualifiée de rectiligne, sinon dans le contexte d’une révélation qui n’a rien à voir avec la logique cartésienne, un peu comme les œuvres de Van Gogh ou du Douanier Rousseau.
Appartenant ainsi à cette force éternelle mythique, il ne se considère pas comme marginal, mais au contraire, il se pourrait que ce soit la mentalité actuelle, matérialiste et affairiste, qui soit dans la marginalité…

"Un réseau fantastique de communication s’installe sur toute la surface de notre planète avec ses lignes téléphoniques etc… Parallèlement à ce réseau, né de la technique, on redécouvre un réseau plus subtil. Nous sommes tous reliés les uns aux autres par un vaste filet télépathique. Non seulement d’individu à individu d’une même espèce, mais d'individu à individu d'espèces diffrérentes".
Le chapitre le plus fascinant de "La vie des plantes" de Ch. BIRD, biologiste diplômé de Harvard (USA), nous montre que, parmi ces individus sensibles et télépathes, on compte les plantes mais également les cellules et les bactéries.
Bien que depuis des milliers d’années, des hommes aient affirmé que les plantes sentaient et qu’on pouvait communiquer avec elles (entre autres, Goethe et Théodore Fechner, médecin et physicien de l’université de Leipzig au 19ème siècle) certains considèrent encore aujourd’hui que cela n’est que superstition".
Pourtant Nelson Blanco, dans son écrit, nous relate, de façon poétique, l’influence réelle de la vigne et des révélations qui lui ont été données à travers cette vigne et son chat : sa vision a été ouverte sur la symbiose entre le végétal, l’animal et le monde minéral qui ne font qu’une unité cosmique.
nelson blanco


Et depuis ce jour de 1960 où il a commencé à peindre "le monde de l’invisible" il donne à voir, à nos yeux d’humains réduits à nos sens limités, les images où s’entremêlent faune, flore, dans une harmonie et un équilibre parfait de formes et de couleurs.
Ni angoisses, ni tourments dans ce monde éternel.
Il ne peint pas la réalité terrestre matérialiste. Sa peinture est un message de l’esprit exprimé sous forme de symboles :
L’humain n’est qu’un élément parmi le peuplement de "la NATURE" qui est le tout; l’esprit contrôle la forme et peut la métamorphoser à chaque instant jusqu’à l’infini dans un jeu incessant entre chaque être; rien n’est stable, tout est en perpétuelle évolution.
Les mouvements philosophiques et écologiques actuels corroborent son attitude et son œuvre est basée sur le respect et la communication spirituelle avec la nature pour retrouver la voie chamanique.
Nadège Blanco
Introduction du livret de présentation de l'oeuvre de Nelson Blanco 1993



voir aussi l'article de Damien Bayon